Intransigeants sur nos valeurs !

Résolument écologistes, socialistes et républicains !




 

image[1]

À la suite de l’affirmation péremptoire de Macron : «Versailles, c’était là où la République s’était retranchée quand elle était menacée », il n’est pas inutile de revenir sur les leçons que nous ont enseignées les communards.

Macron l’illégitime s’affirme comme le fils spirituel d’Adolphe Thiers, le boucher de la Commune !

Ce dernier déclencha la Semaine sanglante du 21 au 28 mai 1871. Il lâcha sur Paris l’armée des « Prussiens de

Versailles ». Ces prisonniers de guerre libérés par les Allemands à la demande de Thiers firent « au moins 100 000 morts » selon Louise Michel (1), dont voici quelques citations : « Plutôt 100 000 que 35 000 cadavres furent étendus dans le cadre de pierre des fortifs (…).Il fallait faire disparaître les cadavres, les lacs des buttes Chaumont rendaient les leurs, ils flottaient ballonnés à la surface (…).

Quelques enfants, sur les bras des mères, étaient fusillés avec elles, les trottoirs étaient bordés de cadavres (…).

Bientôt de la caserne Lobau le sang en deux ruisseaux s’en alla vers la Seine ; longtemps il y coula rouge. »

Mon cœur tressaille devant cette horreur, mais mon esprit s’oblige à analyser la phrase du monarque de la Ve République.

Pourquoi Macron lâche-t-il son attachement à la cause versaillaise ?

L’oligarchie aurait-elle soudain la terreur de voir bientôt ressurgir les classes populaires sur le devant de la scène du pouvoir ?

La suite sur :

http://allaingraux.over-blog.com/preview/d6156f2f24b8694cd5fdaca1cf3fa9b872ff380b

Cordialement
Allain Graux

Le Monde Diplomatique de juillet, sous la  plume de Serge Halimi, évoque la nouvelle loi que le Président de la République exige de sa majorité parlementaire, pour légiférer contre les fausses informations en période électorale. C’est un dispositif inutile puisque la loi du 29 Juillet 1981 sur la liberté de la presse permet déjà de réprimer les propos diffamatoires et dangereux ainsi que les fausses nouvelles. Alors, pourquoi cette loi qui permettrait à un juge de statuer à la va-vite, en 48h, sans recul, information et  réflexion suffisante, pour faire cesser la diffusion artificielle et massive (…) de faits constituants des fausses informations ?

Ce projet est à rapprocher de la loi sur la protection du secret des affaires qui a pour but, non de protéger des secrets professionnels, mais surtout d’interdire toute révélation des lanceurs d’alerte contre les fraudes, escroqueries et filouteries qui constitueraient des affaires bien secrètes. Et pas du tout des fausses nouvelles !

Il s’agit de la même motivation, se mettre à l’abri de toute contestation, une obsession pour rester au pouvoir, comme si les réseaux sociaux sur Facebook, Instagram, tweeter, étaient les seuls responsables de l’impopularité plutôt que les mesures discriminatoires, libérales, austéritaires en faveur du grand capital et de la finance n’en étaient pas la véritable cause. Macron dispose pourtant déjà d’une grande presse aux mains de ses amis milliardaires, champions de l’intoxication. Des médias où pullulent les mensonges, les détournements, les manipulations de l’information, l’absence d’objectivité.

Il y aurait donc de bonnes nouvelles à diffuser avec la bénédiction de Saint Jupiter et les mauvaises qu’il s’agirait de condamner, de livrer au bûcher, aux flammes de l’enfer. A quand la Sainte inquisition ? Notre royal président est-il allé chercher conseil à ce sujet, comme Chanoine de Latran, auprès du pape de la Sainte Eglise catholique qui en connaît un rayon dans le domaine des publications interdites, de la mise à l’index ?

Allain Graux

La vague dégagiste traverse le Mexique. Les élections présidentielles, législatives, sénatoriales, municipales et des gouverneurs ont marqué un véritable coup de balai contre l’oligarchie et les partis traditionnels décrédibilisés par une corruption généralisée.  

Le Parti de Gauche félicite chaleureusement le nouveau président, Andres Manuel Lopez Obrador (dit AMLO), ainsi que tous les camarades du parti Movimiento Regeneracion Nacional (MORENA) élu(e)s sur le territoire mexicain.

Le message du peuple mexicain « juntos haremos historia » (« ensemble nous ferons l’histoire ») fait écho aux liens historiques entre l’Amérique Latine et la France, que nous souhaitons maintenir et renforcer dans le cadre de la Révolution Citoyenne.

Ces élections se déroulaient dans un climat tendu marqué par le meurtre de plus d’une centaine de personnalités politiques, souvent visées pour leur lutte contre la corruption. Les camarades de MORENA présents à notre congrès nous ont rappelé l’immensité de l’événement que représente, dans un tel contexte, la victoire d’AMLO.

Nos observateurs électoraux sur place, dont Djordje Kuzmanovic (SEN à l’international sortant)  et le député de la France Insoumise, Michel Larive, ont témoigné de notre solidarité avec MORENA et le peuple mexicain. Ils ont pu voir la force du peuple qui se lève pour réaffirmer sa souveraineté. Les urnes ont répondu aux armes.

Nos camarades vont désormais écrire une nouvelle page de l’histoire mexicaine pour le partage des richesses, des jours heureux, la paix au Mexique et dans le monde.

 Nous serons avec eux dans les luttes à venir contre une oligarchie qui fera tout pour contrer la souveraineté du peuple. Ce soir, Eric Coquerel, Co-ccordinateur du Parti de Gauche et député de la France Insoumise, Claudio Clafuquir et Florance Poznanski, membre et membre associée du Secrétériat National, seront présents à 18 heures place de la République pour célébrer la victoire de MORENA.

Défendons tous les services publics ! Solidarité avec les cheminots et les cheminotes !
Voilà des années que les gouvernements successifs ont fait le choix de la privatisation des transports contre le climat, l'égalité et le social: sous-investissement dans le rail et investissement massif vers autoroutes et autocars, privatisés qui favorisent notamment l’explosion du trafic de marchandises par poids lourds.
Depuis 1997 et la création de RFF, la SNCF est toujours plus segmentée, pour casser le corps social cheminot et poursuivre les privatisations préconisées par les « directives » européennes. Aujourd’hui, Macron pousse au bout la logique de l’éclatement de la SNCF. Partout en Europe, les recettes qu’il veut appliquer produisent la disparition de lignes, l’explosion des prix, la vétusté des installations et des trains, la disparition du fret. C'est toute la population qui paie triplement l'addition : financièrement, par l'inégalité territoriale induite, par sa santé altérée et par la pollution générée.

...lire la suite